OCIM

PlanetGOLD : deux années de projets au service des mineurs artisanaux

Le 30 mars 2021 se tenait une visio-conférence organisée par PlanetGOLD dans le cadre de Minamata convention on Mercury. L’occasion de se pencher sur ce programme aussi ambitieux qu’essentiel pour l’industrie aurifère.

En 2019 était officiellement lancé planetGOLD au Goldsmiths Center de Londres dans le but de rendre l’exploitation de mines d'or artisanales et à petite échelle plus sûres, plus propres et plus rentables. S’il est soutenu par le Global Environment Facility, dirigé par le Programme des Nations Unies pour l'environnement et mis en œuvre en partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel, le Programme de développement des Nations Unies et l’association Conservation International, ce programme s'est également appuyé dès ses débuts sur un comité de conseillers externes composé de représentants des parties prenantes du secteur, de l'amont (extraction, traitement, financement) à l'aval (joaillerie, secteur technologique).

"Nous apportons au programme notre connaissance des mécanismes propres à cet écosystème complexe. Plus particulièrement, nous proposons des suggestions et enrichissons la base de connaissances nécessaires pour permettre aux mineurs artisanaux d’adopter des pratiques conformes aux exigences des acteurs de la chaîne de valeur aurifère", explique Miranda Werstiuk, présidente de l’External Programme Advisory Group de planetGOLD et directrice du développement chez OCIM à Toronto.

PlanetGOLD a dès le début articulé sa mission autour de 4 grands chantiers complémentaires:

  • Soutenir les efforts d'intégration du secteur de l'ASGM dans l'économie formelle et son respect de la réglementation
  • Introduire et faciliter l'accès aux technologies sans mercure et aux meilleures pratiques en matière d'ASGM
  • Faciliter l'accès des mineurs aux chaînes d'approvisionnement formelles en or en partenariat avec les acheteurs finaux et les utilisateurs industriels
  • Mettre à l'essai une gamme de modèles d'accès aux investissements et au financement pour les petits mineurs et leurs communautés

 

Le programme a déjà été implémenté dans un premier groupe de neuf pays avec l’appui de leurs gouvernements respectifs : Burkina Faso, Colombie, Equateur, Guyana, Indonésie, Kenya, Mongolie, Pérou et Philippines.

Deux années plus tard, les premiers résultats concrets, largement positifs, ont amené les promoteurs de cette initiative à passer à une seconde phase du programme en élargissant ce dernier à huit pays supplémentaires : la Bolivie, le Ghana, le Honduras, Madagascar, le Nigéria, la République du Congo, le Suriname et l'Ouganda. Une montée en puissance bienvenue pour ce secteur qui compte pour 20% de la production d’or mondiale, soit environ 35 milliards de dollars US par an et il est estimé que près de 100 millions de personnes dépendent directement ou indirectement de cette activité.

Plus d'articles